Archive for septembre 2008

Design automobile : une révolution peut en cacher une autre…

septembre 10, 2008

Le design automobile est en avance sur de nombreux autres domaines. Les enjeux sont en effet plus importants puisque l’automobile est un secteur concurrentiel à mi-chemin entre bien de consommation courante et bien de luxe. Cette avance, qui conduit à un relatif aboutissement, pourrait mettre un terme aux évolutions du design dans ce domaine.

(more…)

Rétrospective : l’oeuvre de Bridget Riley

septembre 9, 2008

Du 12 juin au 14 septembre 2008 se tient à Paris une exposition rétrospective sur l’œuvre de Bridget Riley. Remarquable, pour plusieurs raisons.
La nouveauté, en premier lieu. Jamais auparavant la France n’avait exposé une rétrospective du peintre Bridget Riley, méconnue de notre côté de la Manche. Cette Britannique, influencée notamment par Vasarely, a exploré différents courants, différentes techniques, en utilisant le plus souvent des formes géométriques et des couleurs simples pour créer des sensations de mouvement ou de couleur. Dès lors, elle replace la perception au cœur de l’esthétique; chacun redécouvre l’art au travers de ses oeuvres en s’interrogeant sur l’écart entre ce que l’on voit et ce que l’on pense voir.
L’artiste ensuite. Pour elle, « la nature n’est pas un paysage, mais la rencontre dynamique de forces visuelles, un évènement plutôt qu’une apparence; ces forces ne peuvent être appréhendées qu’en traitant la couleur et la forme comme des entités élémentaires, en les libérant de tout rôle descriptif ou fonctionnel ». Cette rencontre entre forme et couleur sera l’objet de son oeuvre. L’influence de Vasarely nous ramène aux balbutiements du design, jusqu’au Bauhaus dont sa démarche participe. Les plus beaux objets sont souvent faits des matériaux les plus simples, auxquels on imprime les forme les plus élémentaires.

L’oeuvre, enfin. C’est l’apanage des grands virtuoses que de faire passer leur talent pour extrême simplicité; c’est de cette simplicité que fait preuve Bridget Riley. Pour la citer à nouveau, « Les plaisirs de la vue ont une caractéristique en commun – ils vous prennent par surprise. Ils sont soudains, rapides et inattendus. » Son approche méthodique magnifie une curiosité et une pointe d’excentricité toutes britanniques.

Musée d’Art Moderne de la ville de Paris
11, avenue du Président Wilson

75116 Paris

Qu’est-ce que le design?

septembre 9, 2008

Le design admet apparemment plusieurs définitions. Dans cet article, nous retracerons son histoire et l’histoire de sa conceptualisation en partant de quelques-unes de ses définitions.

(more…)

Modernisme conservatif

septembre 9, 2008

Cet oxymore de Penny Sparke (« 100 ans de design ») désigne un mouvement d’artistes de l’entre-deux guerres qui n’étaient pas à proprement parler des designers. Leurs réalisations étaient en effet en grande majorité des œuvres uniques, associant des matériaux modernes à d’autres plus traditionnels et luxueux, plutôt que des produits de consommation de masse.

(more…)

La rénovation du Royal Monceau

septembre 9, 2008

Le palace parisien des années 1920 va être détruit. Après que son mobilier eut été vendu aux enchères, l’hôtel de l’avenue Hoche, construit en 1928, a convié le Tout-Paris à la destruction de l’hôtel, réalisée à coup de masse et de pioche avant que l’intérieur ne soit entièrement refait par Philippe Starck.

(more…)

IKEA : design ou pas ?

septembre 9, 2008

La société, dont le nom est l’acronyme de Ingvar Kamprad (les prénom et nom du fondateur) Elmtaryd (le nom de la ferme familiale) Agunnaryd (son village natal), a été fondée en 1943. A l’origine, elle vendait de la papeterie par correspondance ; c’est en 1947 qu’elle commence à vendre du mobilier qu’elle produira à partir de 1955.

Aujourd’hui, tout le monde connaît IKEA. Le champ d’activité de l’entreprise dépasse largement la Suède et la Scandinavie, à tel point que le groupe atteint 15 milliards d’euros de chiffre d’affaires (2006) avec ses 220 magasins répartis dans 34 pays. Le catalogue IKEA est tiré à 191 millions exemplaires par an ; c’est la publication gratuite la plus distribuée dans le monde et serait (Courrier International) la deuxième publication la plus lue après la Bible. Et 10% des Européens en 2004 auraient été conçus dans un lit IKEA (The Guardian).

Le slogan, « rendre le design accessible à tous », fait sourire beaucoup de ceux qui rentrent dans les magasins/entrepôts pour s’extasier devant les noms loufoques des produits avant de repartir avec un lit qu’ils tenteront avec plus ou moins de succès de monter en rentrant chez eux, fatigués, physiquement éprouvés par les pas faits avant de trouver leurs meubles.

Pourtant, il ne faudrait pas prendre ce slogan pour une plaisanterie. Certes, l’image d’IKEA est plus celle d’un fournisseur de meubles en kit pour étudiants, jeunes couples et économes que celle d’un vecteur de diffusion du design. Mais jamais un groupe n’avait permis une telle diffusion d’objets conçus selon les règles et dans l’idéal du design. En effet, le design valorise le fonctionnel qui est perçu comme beau, et vise à l’instauration d’une certaine cohérence ; les objets IKEA sont eux-mêmes très fonctionnels et sont créés dans des univers et thèmes qui apportent à l’ensemble une certaine cohérence.

Le groupe n’a pas toujours respecté certains impératifs du design et n’a pas toujours su s’adapter à son public ; les ventes de vases aux Etats-Unis étaient largement supérieures au reste du monde, non pas parce que les Américains ont un goût particulier pour les compositions florales, mais parce que les verres IKEA étaient trop petits ; et les Japonais ont longtemps boudé IKEA, qui vendait des salles de bain de la taille d’un appartement…

Mais revenons-en au succès de ce groupe international, qui réside avant tout dans la simplicité. Le manifeste du Bauhaus de Walter Gropius rappelle que le seul objectif à poursuivre est la construction, peu importe qu’elle soit le fait d’un artiste ou d’un artisan :

« Le but final de toute activité plastique est la construction ! […] Architectes, sculpteurs, peintres ; nous devons tous revenir au travail artisanal, parce qu’il n’y a pas d’art professionnel. Il n’existe aucune différence essentielle entre l’artiste et l’artisan. »

Quant au dénuement et à la simplicité des meubles IKEA, elle correspond à un certain idéal inspiré du fonctionnalisme : rien de superflu.

Il ne saurait être reproché à IKEA de proposer des environnements similaires pour l’ensemble de ses collections, qu’il s’agisse de mobilier de salon, de salle de bain, de chambre ou chambre d’enfants, de cuisine ou de bureau : le design consiste aussi en la création d’environnements, non seulement d’objets. Dans ce cadre, IKEA se rapproche même plus du design que certains designers qui ne conçoivent que des objets sans grand rapport les uns avec les autres. Et cela répond en outre à un besoin de cohérence…

Par bien des aspects, IKEA est donc une marque vendant des produits design. Certes, les produits IKEA ne sont pas des œuvres uniques haut-de-gamme ; mais la production de masse est un pilier du design, que cela dérange ou non ceux qui aimeraient voir le design réservé à une élite. Toutefois, il ne faut pas chercher à placer du design partout et à faire de chaque objet « déco » un objet design. L’idéal du design est certes d’atteindre un niveau élevé d’esthétisme et de fonctionnalité, mais ils ne sauraient être conçus comme des fins en soi par un public non averti. Le design est aujourd’hui accessible à tous, mais peu l’apprécient à sa juste valeur…